logo animé

LE NEZ ET L'ODORAT

3 cm2 de muqueuse olfactive


LE NEZ
Il mesure 5 centimètres en moyenne et représente 3 % de la taille du corps. Le nez comporte des os et des cartilages recouverts de muscles peauciers, de la peau à l'extérieur et la muqueuse pituitaire à l'intérieur. Il est le siège de l'olfaction et concourt à la respiration et à la phonation.


L'ODORAT
— 200 millions de cellules olfactives —
Les bonnes et les mauvaises odeurs circulant dans l'air sont recueillies par le nez qui les conduit jusqu'à un capteur d'odeurs (muqueuse olfactive), un tissu d'une surface à peine égale à celle d'un timbre poste (3 cm2). Là, 200 millions de cellules (récepteurs olfactifs), munies de codes de reconnaissances d'odeurs, et équipées de terminaisons nerveuses en forme de poils, captent l'effluve et la transmettent sous forme d'un "courant électrique" jusqu'au cerveau qui analyse la sensation : "Ça sent bon, ça sent fort, ça sent pire !"'. Il existe 9 familles distinctes d'odeurs : les senteurs de fruits (odeur éthérée), de camphre, d'amandes (aromatique), de fleurs (fragrante), de musc (ambrosiaque), d'ail, de soufre, de chlore (alliacée), l'odeur de brûlé (empyreumatique), de fromage, de graisse, de sueur (caprylique), de punaise (répulsive), de pourri, d'excréments (nauséeuse).


L'odorat a du goût...
Les détecteurs d'odeurs logeant dans une partie adjacente à la cavité buccale, il est quasiment impossible de dissocier l'odorat du goût. Ainsi une odeur désagréable peut-elle provoquer des réflexes de vomissement et une odeur agréable faire saliver. Si, par exemple, l'œnologue brasse le vin dans sa bouche c'est qu'il cherche aussi à stimuler ses zones réceptrices olfactives. Autre exemple bien senti : l'absence de goût d'un mets lorsqu'on le déguste alors qu'on est enrhumé.


On "nez" jamais assez renseigné
Le nez sert à capter l'air respiré, mais aussi à le filtrer grâce aux poils des narines, à le réchauffer avec son dense réseau de capillaires (source de saignements de nez) et à l'humidifier par du mucus.

NOSE AND SENSE OF SMELL

3 cm2 of olfactory mucous membrane


NOSE
It measures 5 centimeters on average and represents 3 % of the size of the body. The nose comprises bones and cartilages covered with dermal muscles, skin outside and the pituitary mucous membrane inside. It is the seat of smell and contributes to breathing and phonation.

SENSE OF SMELL
— 200 millions olfactory cells —
The good ones and the bad smells circulating in the air are collected by the nose which leads them to a sensor of odors (olfactory mucous membrane), a fabric of a surface hardly equal to that of a stamp posts (3 cm2).
There, 200 millions cells (receiving olfactory), provided with codes of recognitions of odors, and equipped with nervous terminations in the shape of hair, collects the emanation and transmits it in the form of a "electric current" to the brain which analyzes the feeling : "That smells good, that smells hard, that smells worse !".
There exist 9 distinct families of odors : scents of fruits (ethereal odor), camphor, almonds (aromatic), flowers (fragrant), musk (ambrosial), garlic, sulphur, chlorine, the excrement, bug, sweat, grease, cheese, smell of burning (empyreumatic) (caprylic) (repulsive), rotted of (nauseating).

The sense of smell has taste…
The detectors of odors placing in an adjacent part with the oral cavity, it is almost impossible to dissociate the sense of smell to the one of the taste. Thus an unpleasant odor can cause reflexes of vomiting and a pleasant odor to make salivate. If, for example, the oenologist brews the wine in his mouth it is that he also seeks to stimulate his olfactive receiving zones. Another well felt example: the absence of taste of dishes when it is tasted whereas one is caught cold.

Never informed enough
The nose is used for collecting the breathed air, but also to filter it thanks to the hair of the nostrils, to heat it with its dense network of capillaries (source of nosebleed) and humidifying it by mucus.

Contact Mentions légales | Legal Notice Administration